Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

famille & cie - Page 4

  • J'aime pas être speed et active en fait

    Vendredi matin j'étais à une réunion pour un projet de bénévolat.

    3 heures de réunion dans un cabinet d'avocats.

    Il a fallu que je trouve une solution pour que quelqu'un aille chercher les filles à l'école.

    Lorsque je suis sortie, super speed, courant pour aller chercher mon ange à la crèche, courant pour aller chercher les filles chez la maman qui les gardait, me demandant si j'aurais le temps de préparer les sacs pour partir à la campagne et ce que j'allais faire à dîner...... je me suis rappelée mon quotidien de quand je travaillais.

    Et je me suis dit que vraiment, non vraiment, finalement je n'avais pas envie de travailler.

     

    Ou sinon j'ai passé un week-end cauchemardesque. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu ce genre de week-end.

    Un beau père odieux qui me cherche, un mari qui ne réagit pas.

    Bref que du bonheur!

     

    200255412-001.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    ******

    Il y a un an, je me sentais à part

    Il y a deux ans, je vous parlais du passé

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, je m'apprêtais à changer de boulot

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, rien

     

     

     

     

     

  • Je ne suis qu'une façade bien décorée

    Le problème quand on n'a pas parlé ou vu son père depuis un an maintenant, c'est que j'ai l'impression de le voir à chaque coin de rue.

    A chaque fois mon coeur s'arrête. A chaque fois j'ai peur de je ne sais quoi.

    Du coup il n'y a pas un jour où je ne pense pas à lui.

    C'est ridicule puisque couper les ponts est sûrement la meilleure chose que j'ai pu faire.

     

    Je suis allée voir Cloclo.

    Mise à part le fait que j'ai beaucoup aimé (malgré des critiques très très mitigées), j'ai pleuré comme une madeleine lors de la scène où il reçoit la version de My way par Sinatra et qu'il s'imagine la montrer à son papa qui lui sourit.

    J'ai pleuré comme une madeleine car je sais que nos parents et les relations que l'on peut avoir eux est le moteur de nos décisions.

    Je sais que je sers les dents dans mon mariage (même si en ce moment, cela va plutôt pas mal) parce que je ne veux pas faire comme eux et divorcer. Je veux leur prouver que l'on peut être heureux en mariage.

    Je sais que j'ai beaucoup bossé et tout fait pour évoluer professionnellement pour que mon père soit fière de moi.

    (je sais d'ailleurs que la naissance de mes enfants n'a pas été une fierté pour lui) (il m'avait même dit à l'époque pour la naissance de mon dernier que je faisais comme ma mère) ("c'était pas voulu hein?")

    Je sais que aujourd'hui mère au foyer, et alors que ma mère me dit que c'est une grosse erreur, je ne veux que lui montrer que l'on peut s'épanouir avec ses enfants et dans son couple en ne travaillant pas.

     

    Je ne fais que leur mentir. Je suis en représentation permanente. Auprès de ma famille, de la plupart de mes amis.

    Je ne suis qu'une façade bien décorée.

    103761765.jpg

     

     

     

     

     

    (elle est jolie cette maison non?)

    ****

    Il y a un an, donc je ne parlais plus à mon père et nous étions à part

    Il y a deux ans, ma grande se croyait adopter

    Il y a trois ans, j'annonçais à mon père à qui je n'avais pas parlé depuis 3 mois que j'étais enceinte... et j'étais de très mauvais poil

    Il y a quatre ans, il avait neigé! et je relisais mes cahiers intimes

    Il y a cinq ans, je vous parlais de mon ordinateur (depuis j'ai acheté un dyson),et  je commençais à m'intéresser au bio

    Il y a six ans, je faisais un bilan de mes vacances au ski, et  le printemps était là 

     

     

     

     

     

     

  • Sans coeur

    Je ne sais pas pourquoi lorsque je rêve de mes parents je suis adulte, avec mes enfants, sans chéri, dans la maison où vit ma mère et avec mon père qui semblent vivre aussi ici.

    Je ne sais pas pourquoi quand je rêve de mes parents, j'ai des enguelades avec eux d'une violence inouie. J'insulte mon père. Je lui répète ce que je lui ai déjà dit maintes fois. Comme si j'avais encore et toujours besoin de lui dire.

    Un an que je n'ai pas de nouvelles de lui (mis à part ce pauvre email que nous avons échangé pour mon anniversaire). Nous avons eu souvent des enguelades mais c'est la première fois que cette fois ci je ne reviens pas vers lui.

    Je ne le regrette pas, il m'épuise mais j'ai honte. Je suis un monstre de m'éloigner de ma famille.

    C'est presque pareil pour ma mère. Nous nous voyons peu. Je ne l'appelle presque jamais et comme elle ne le fait pas non plus, nous restons des semaines sans nous parler.

    Je sais que c'est le signe qu'elle ne va pas bien, je suis comme elle, quand cela ne va pas, je fais l'ours. Et pourtant je reste égoïste. Je n'ai pas la force de l'appeler. Tous les soirs, je me dis que je le ferais une fois tel ou tel truc terminé. Tous les soirs je ne le fais pas.

     

    Mes rêves doivent sûrement être là pour me montrer à quel point je suis sans coeur.

    Et parfois je me dis que je vais le payer cher....

    82653199.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'étais fatiguée

    Il y a deux ans, je rentrais de vacances

    Il y a trois ans, je vous parlais des réactions à l'annonce de l'arrivée du troisième et de féminisme

    Il y a quatre ans, cela bougeait dans ma vie

    Il y a cinq ans, j'étais au ski

    Il y a six ans, journée de la femme

     

     

     

     

     

     

  • Love, love, love

     

    Je n'écris plus.

    Je cuisine.

    (On peut pas tout faire)

     

    Se concentrer sur ses relations avec son mari pour les améliorer

     

    ou

     

    Cuisiner et manger pour oublier ce qui ne va pas.

     

     

     

    Je ne pense plus, j'avance, je cuisine, je range, je repasse, je vais chercher les enfants à l'école, je fais les courses.

    Et je me couche tôt.

    Lui il rentre tard, très tard et on se parle pas.

     

    Et puis ce week-end, il m'a dit qu'il en avait marre de ce boulot de dingue, qu'il ne supportait plus son boss, qu'il devait bouger.

    Et puis ce week-end j'ai eu envie de m'occuper de lui, le prendre dans mes bras, lui dire que je le soutenais quoi qu'il décide.

    Mais ce week-end les trois enfants étaient là. Il a fallu s'occuper d'eux, cuisiner, ranger, laver, faire les courses, les occuper.

    Mais ce week-end je suis allée me coucher après lui et il dormait déjà.

     

    sb10067142w-001.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Qu'est ce qui cloche chez moi?

    Je me demande souvent ce qui cloche chez moi.

    Comment se fait il que j'ai complètement oublié mon enfance?

    Pourquoi lorsque mon grand-père me montre des photos de nous enfants, de mes parents, d'eux, je ne ressens rien.

    Je me regarde petite et je me demande qui était cette petite fille.

    C'est moi et pourtant je me suis oubliée.

    Lorsque je vais chez ma mère, dans cette maison où j'ai vécu jusqu'à 24 ans, je ne ressens aucune nostalgie. J'en oublie presque que j'y ai vécu.

    Je viens, je déjeune je reste un peu et je repars vite.

    Pour fuir oui mais quoi?

    La dernière fois que je suis allée chez ma grand-mère c'était avec chéri au début de notre rencontre. Rien n'avait changé. L'odeur, les meubles, les photos, elle. J'ai plus de souvenirs chez elle où j'ai été malheureuse que chez mes parents où rien ne m'arrivait.

    Qu'est ce qui cloche chez moi pour retenir que les mauvais souvenirs de mon enfance?

     

    Nous sommes une famille nombreuse. Elevée avec trois frères qui aujourd'hui sont assez proches. Moi je suis encore à part. Avant j'étais la fille et maintenant je ne sais pas ce qui nous sépare.

    Est ce moi qui les rejette insconciemment?

    Qu'est ce qui cloche chez moi pour que je considère mes parents et mes frères comme des entités différentes de moi?

     

    ( Petite forme ce matin) (une phrase de ma fleur qui me bouleverse et que je n'ai pu creuser car nous étions sur le chemin de l'école) (Est ce que malgré tout je n'ai pas réussi à la protéger?)

     

    AA016881.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je m'inquiétais pour les ustensiles de cuisine et nous avions un week-end très très froid

    Il y a deux ans, je vous parlais de l'égoïsme de chéri

    Il y a trois ans, je faisais le tri dans mes flux rss

    Il y a quatre ans, Never explain never complain

    Il y a cinq ans, je m'apprétais à reprendre le boulot et je faisais un bilan sur mon congé maternité

    Il y a six ans, je vous parlais de la légende du croque mort

     

     

     

     

     

  • Week-end parisien

    Un week-end où l'on reste à Paris n'est jamais un bon week-end pour moi.

    Pas toujours finalement, et pas tout le temps.

     

    Un vendredi soir entre copines, trop de champagne, retour avec un mal de tête qui a tenu tout le samedi.

    Un samedi avec mon frère, son fils, le cinéma avec mon ange trop petit pour y aller qui bouge et ne s'intéresse pas à ce qu'il voit.

    Un chéri de mauvais poil quand on rentre parce qu'il n'a pas réussi à configurer l'ordinateur comme il le voulait.

    Une baby sitter annulée au dernier moment car pas envie de sortir avec un mec ronchon.

    Un dimanche tout calme avec des enfants et leur papa au parc le matin et une après midi télé et jeux avec des enfants anormalement calmes...

     

    Un week-end pas parfait mais pas si catastrophique finalement pour un week-end à Paris

    LS015131.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, l'année ne commençait pas très bien et je passais un très bon week-end

    Il y a deux ans, Super nanny nous quittait, je vous parlait de mes trucs écolos et chéri partait à Londres

    Il y a trois ans, quelques moments tristes et je vous parlais de ma sortie au cirque

    Il y a quatre ans, je passais un week-end seule, je me réjouissais que tout aille bien, et je vous parlais du micro crédit

    Il y a cinq ans, ma fleur faisait ses nuits et je vous montrais une vue de ma cuisine

    Il y a six ans, j'étais bien

     

     

     

     

  • (Pas envie de changement)

    Après un week-end idyllique, je suis en mode stress.

    Un week-end comme j'en rêvais, du soleil, du froid, une cheminée, la cuisine, la promenade en forêt et nous (presque) tous seuls.

    Ma belle soeur a débarqué samedi matin mais est repartie le samedi soir. Seule avec les enfants. Heureusement son mari devait bosser, heureusement il n'est pas venu le soir comme elle l'espérait et elle est donc repartie après le diner des petits.

    (je suis méchante mais elle sans lui ça va, mais avec lui c'est juste plus possible)

    La campagne était belle ce week-end. Blanche le matin et ce soleil radieux.

     

    Ce matin back to reality...

    2 mois avant la fin de mes allocations chômage, et toujours aucune piste de boulot...

    Je tiens depuis deux semaines minutieusement un livre de compte (j'utilise cette merveille) pour calculer ce dont je vais avoir besoin par mois de la part de chéri.

    J'angoisse de devoir lui demander de l'argent, de devoir lui rendre des comptes, d'avoir des réflexions à la con qu'il regrettera juste après les avoir prononcées...

     

    (encore une nouvelle situation qui va falloir apprivoiser)

     

    107200617.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, nous avions passé un week-end printannier et mon beau frère était relou

    Il y a deux ans, je n'allais pas très fort...

    Il y a trois ans, je vous annonçais ma troisième grossesse

    Il y a quatre ans, je vous parlais des requests google qui amenaient à mon blog, nous avions passé un bon week-end et je vous parlais des jeans slim

    Il y a cinq ans, je parlais amour avec ma puce de deux ans et je flippais de laisser mes enfants dix jours pour partir aux Maldives...

    Il y a six ans, je vous parlais de l'infidélité et je vous parlais de moi avant d'être une maman

     

     

     

     

     

     

  • Un très bon week-end

    (Cette nuit j'ai rêvé que j'étais un homme et que je faisais l'amour à une femme. Et j'aimais pas) (je commence bien l'année moi)

     

    J'ai passé un très bon week-end de réveillon.

    La normandie, ses plages, cette maison où notre histoire à commencer avec chéri, ces amis qui sont là et avec qui c'est toujours la joie de passer du temps ensemble.

    Un week-end rempli d'enfants mais sans aucune dispute.

    Un week-end avec des balades sur la plage, une grande discussion avec une amie, des révelations et ce sentiment d'être en osmose avec elle le temps de cette conversation.

    Un week-end sans enguelade avec chéri, où je comprends pourquoi c'est lui et pas un autre, pourquoi je reste et pourquoi cela vaut le coup de lutter.

    Un week-end avec de l'alcool, un peu de cigarettes magiques, mais surtout de la bonne bouffe, des bonbons, des gateaux préparés à la va vite et les garçons en cuisine pour laisser les femmes se reposer.

    Un week-end plein de musique et de danse.

     

    Oui vraiment un super week-end pour finir cette année 2011 et j'espère entamer une année 2012 en beauté!

     

    Bref, je suis bien et pourvu que cela dure....

    106152247.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, je voulais de la douceur

    Il y a deux ans, j'avais passé un réveillon dans une cabane en bois

    Il y a trois ans, nous revenions du soleil et Paris était sous la neige (et mon ange était dans mon ventre mais nous le savions pas encore)

    Il y a quatre ans, j'avais pas tellement envie de recommencer

    Il y a cinq ans, ma fleur s'était transformée en ange et j'avais passé un réveillon de nouvel an cauchemardesque avec mon beau frère

    Il y a six, j'avais passé un bon nouvel an entre amis

     

     

     

     

     

  • Terre Blanche

    Ici,

     

    Je veux me souvenir de:

    - Cette douceur de vivre malgré le froid, la neige et l'obscurité.

    - Ces décorations de maisons juste magnifiques.

    - Mes enfants heureux.

    - Ces déjeuners sous les tipis près du feu.

    - Le soleil qui fait tous les jours une brève apparition.

    - Le père Noël qui arrive avec son traineau et les sacs remplis de jouets pour les enfants, et leur excitation.

    - Cette balade en famille ce 24 décembre, cette église et ce cimetière rempli de petites bougies.

    - Ces élans que l'on nourrissaient et qui avaient la douceur d'une peluche (et la gentillesse aussi)

     

    Je veux oublier:

    - Nos désaccords complets dés que nous passons plus de 24 heures ensemble.

    - Cette écharpe en cashemire qu'il m'a offerte et qui est superbe mais juste.... rose (et je ne porte pas de rose)

    - Cette absence totale d'envie de faire du sexe alors que nous avions le temps...

     

    Le 31 se profile...

    J'avais peur de le passer seule avec lui et puis non. Nous avons des amis fidèles qui nous invitent en Normandie, sur les plages, histoire de fêter cette fin d'année merdique en beauté entourés de pôtes. Là où nous nous sommes rencontrés. Il y a 12 ans....

     

    DSC00157.JPG

     

     

     

     

     

    DSC00129.JPG

     

     

     

     

     

    DSC00164.JPG

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'étais malade et seule pour Noël

    Il y a trois ans, je passais le réveillon chez ma mère puis je m'envolais dans un pays chaud cette fois

    Il y a quatre ans, j'étais à la campagne

    Il y a cinq ans, j'avais passé un bon réveillon et j'enlevais le sapin (je l'enlève demain cette année)

    Il y a six ans, j'espérais être enceinte (je le fus deux mois plus tard)

     

     

     

     

  • Feuille blanche

    J'aimerais que 2012 soit une feuille blanche.

    Je sais que c'est impossible mais j'aimerais tant.

     

    Oublier cette année qui globalement a été plutôt merdique.

    Oublier mon père et arrêter de culpabiliser en permanence.

    Oublier que avec chéri c'est cahotique, difficile, sur la brèche en permanence, que rien ne dure mais que cela m'angoisse que cela ne dure pas.

    Oublier ces amis qui m'ont lachée cette année et qui ne sont vraiment plus là. On dit que c'est bien de faire le tri de temps en temps. Là j'ai rien demandé et le tri a été drastique.

    Oublier mon mal être face à moi. Moi qui suis en attente de je ne sais quoi. Moi qui ne m'aime pas. Moi qui n'aime pas me voir telle que je suis.

     

    Et pourtant j'ai tout.

    Un homme qui m'aime même si il me le montre souvent très mal.

    Des enfants en bonne santé et gentils.

    Une maison, un toit et de quoi nourrir décemment ma famille.

     

    Nous partons quelques jours en vacances. En famille réduite (juste nous). Pas de Noël stressant. Juste nous cinq. Loin d'ici dans un pays magique pour les enfants mais aussi pour nous.

    (Juste si cela pouvait m'aider à rêver)

     

    Je vous souhaite de très belles fêtes de Noël.

    55992275.jpg

     

     

     

     

     

    ******

    Il y a un an, les enfants malades me rendaient de très mauvaise humeur  et nous faisions l'école buissonnière

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, j'avais eu très peur en voyant les pompiers en bas de chez moi....

    Il y a quatre ans, j'envisageais de me transformer en Caroline Ingalls et ma fleur était chiante la nuit

    Il y a cinq ans, je faisais le sapin, j'essayais d'oublier le déjeuner avec mon père et finalement j'allais mieux

    Il y a six ans, je vous parlais de la violence verbale...