Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

famille & cie - Page 6

  • Mes bribes de souvenirs

    Mon ange continue ses réveils autour de 6h30. Je lui fais un calin et il se rendort (et râle quand je le réveille à 7H30).

    C'est mieux mais le problème c'est que moi je ne me rendors pas...

    Du coup je pense.

    Ce matin je me disais que malgré ce sentiment permanent de ne pas me souvenir de mon enfance et de mon adolescence il y a des choses, des impressions qui sont là.

    (ouf je ne suis pas une handicapée de la mémoire)

    • Je n'ai aucun souvenir de mes 18 ans, mais je me souviens très bien de la surprise que ma mère m'avait préparée pour mes 20 ans. Je travaillais le samedi dans un magasin de vêtements et lorsque je suis rentrée chez moi en fin d'après-midi tous mes amis étaient là. Je me souviens de cette différence flagrante entre mes amis de lycée, ceux de la prépa et mes nouveaux de mon école de commerce. Je me souviens que ces derniers n'étaient pas restés lorsque nous avions décidé d'aller en boite. Je me souviens que cela m'avait rendue triste. Je me souviens aussi que ce jour là je me suis dit que peut être finalement je comptais pour ma mère.

     

    • Je me souviens parfaitement de l'été de mes 18 ans, où partie en Espagne avec mes parents et une amie, nous n'avons pu sortir qu'un seul soir en deux semaines (alors que j'étais sérieuse, que j'avais mon bac, que je rentrais en prépa) (bref que je le méritais amplement) (et que j'avais 18 ans surtout!). Je me souviens que nous étions sorties avec des suisses et rentrées bien au delà de la limite autorisée. Je me souviens que mon père était venu nous chercher (ma mère était très inquiète) et qu'il m'avait retrouvée en train de galocher un des suisses.

     

    • Je me souviens de cette classe de terminale. Je les ai tous aimés. J'ai bien rigolé. J'avais l'impression que ce serait mes amis pour la vie et aujourd'hui je ne me souviens pas du prénom de la moitié d'entre eux.

     

    • Je me souviens de la boum pour les 18 ans de ma meilleure amie de l'époque. Le plus beau garçon de la classe était venu me chercher en voiture. Je me souviens de moi l'attendant devant Beverly Hills (et oui cela passait le samedi vers 18h). Je me souviens de ses yeux bleus magnifiques quand je lui ai ouvert la porte. Je me souviens de ma fierté à arriver avec lui.... Et puis rien. Il m'a ramenée ensuite et rien... Je me dis aujourd'hui que si j'avais été moins timide (et lui aussi) , peut être que...(parce que l'on ne vient pas chercher quelqu'un et on ne la raccompagne pas si...?)

     

    • Je me souviens de cette horrible année de seconde. Trop petite, trop plate, trop petite fille.

     

    • Je me souviens de cette classe de troisième où nous n'étions que deux filles et les reines de la classe.

     

    • Je ne me souviens pas du tout de ma primaire. Enfin des bribes, des impressions. Mon premier vrai baiser en classe de mer. Moi dans la cour jouant à l'élastique.

     

    • Je me souviens de cette maison en Ardèche où nous passions tous nos étés. Mon grand-père qui m'apprennait à faire du vélo, Yves Montand et Gérard Lenormand dans le radio K7 de sa Renault. Cette magnifique maison en pierre, cette chaleur. Mon père absent. Ma mère triste. Et leurs enguelades.

     

    • Je me souviens de mon ancienne chambre avec mon frère qui me lisait des histoires. Lui et moi jouant des heures au playmobil.

     

    Pas grand chose finalement mais un peu quand même?

    109947476.jpg

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'étais toujours à la maternité

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, rien

    Il y a six ans, je me préparais à écrire ma première note

     

  • Pommes, noix et cie

    Ce week end on a retrouvé la campagne après plus d'un mois d'absence.

    La dernière fois nous étions en Août, le soleil brillait, la piscine était ouverte, les parasols sortis, l'herbe était jaune.

    Ce week end, nous étions en automne. Avec nos gros pulls, la cheminée allumée, les bottes au pied.

    Nous avons ramassé des pommes (et fais un tas de compote et une tarte aussi), des noix (et fais un pain aux noix) (mmmm).

    Nous avons été en forêt chercher des cèpes (que nous n'avons pas trouvé).

    Nous étions seuls aussi. Le mauvais temps (qui n'est arrivé finalement que dimanche en fin d'après-midi) avait découragé les autres (yes!!!!).

    Ce week end, je l'ai aimé et il m'a donnée de l'énergie pour toute la semaine.

     

    98280060.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, je vous parlais de mon écologie

    Il y a deux ans, mon ange était né et j'étais à la maternité

    Il y a trois ans, je vous parlais encore de mon écologie (et j'avais des progrès à faire encore) et je m'insurgeais contre les devantures des kiosques à journaux!

    Il y a quatre ans, je vous parlais de l'absence d'aide de chéri dans la gestion de la maison

    Il y a cinq ans, je vous parlais de ma passion pour le ménage et que je m'étais mise à aimer les matins

    Il y a six ans, ce blog n'allait pas tarder à ouvrir! (cela ne nous rajeunis pas ça)

     

  • Mes nuits

    sont compliquées en ce moment.

    Mon ange a oublié son rythme d'été et après avoir été obligé de le réveiller le matin à 7h30 depuis la reprise de l'école et de la crèche pendant une semaine, il me devance désormais en m'appelant dès 6H45...

    On rajoute à cela le nez qui coule depuis la reprise de la collectivité (c'est à dire plusieurs réveils dans la nuit pour déboucher tout cela) et ma fleur qui rêve et parle (très fort), je vous dis pas le zombi que je suis le matin (et le soir)

    Autant dire que depuis une semaine nous avons aucune conversation avec chéri. J'attends qu'il rentre, dîne avec lui, et soit je m'endors dans le canapé devant le film, soit je vais me coucher.

    (super sexy la mummy qui ne travaille pas)

    Mes rêves aussi sont extras en ce moment.

    Cette nuit, l'ex femme de ménage de ma mère m'apprenait à coudre un bouton...

    (mais où vais je chercher tout cela????!!!!)

     

    Honnêtement semaine de merde.

    96156842.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, j'attendais

    Il y a trois ans, je vous parlais de ma nouvelle machine à laver

    Il y a quatre ans, rien

    Il y a cinq ans, je vous montrais une photo de ma fleur dans mon ventre

     

  • Plutôt un joli mois de mai

    Depuis quelques semaines, cela va bien avec chéri.

    Moins de disputes, plus de discussions.

    Le mois de mai n'a pas été simple mais finalement mis à part les contrariétés avec mon père il s'est bien passé.

    Ce we nous sommes restés à Paris. Chéri a du bosser tard vendredi soir et je n'avais plus le courage de partir le samedi matin (étant donné que nous repartons demain soir pour un looooong week end).

    Du coup j'ai réservé la baby sitter et nous sommes sortis tous les deux samedi soir.

    Un resto, un ciné. Rien que tous les deux cela faisait longtemps que nous ne l'avions pas fait.

    C'était bien. On était bien.

    Dimanche fête des mères. J'ai le droit aux traditionnels cadeaux de l'école (de beaux dessins et de jolis poèmes) et oh surprise un cadeau en plus pas du tout habituel. Je les ai bien vu partir samedi matin avec leur papa toutes fières avec leur sous dans leur petit porte monnaie. Ces pièces qu'elles amassent en prenant la monnaie qui traine partout chez nous. J'avais imaginé une plante, des fleurs. Bien sûr payées par leur papa. Quelle fût pas ma surprise de trouver un paquet de chez un bijoutier et un très beau bracelet en argent.

    Si j'étais mauvaise langue je dirais que chéri veut se faire pardonner quelquechose.

    Mais comme je suis dans un bon mood, je dirais qu'il est juste bien et qu'il a envie de me faire plaisir.

    (et c'était réussi)

    108199260.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, il faisait très chaud

    Il y a deux ans, personne ne me laissait de place dans le métro enceinte que j'étais et autres futilités

    Il y a trois ans, je ne comprenais rien à la mode!

    Il y a quatre ans, je vous parlais de mes petits bonheurs, de ce lundi de Pentecôte travaillé et de ma voisine la sorcière

    Il y a cinq ans, j'étais pas du tout motivée au bureau et je me faisais une grosse frayeur...

     

     

     

  • Un peu moins perdue

    Depuis quelques temps avec chéri cela se passe très bizarrement.

    Le printemps arrivant sûrement il est très (très) demandeur de sexe. Moi moins évidemment mais je m'y plis.

    Nous discutons beaucoup, échangeons, rigolons et pourtant il n'y a pas un jour (ou presque) où nous ne nous disputons pas.

    De manière extrêmement violente évidemment.

    Ma grande nous demande souvent d'ailleurs d'arrêter de nous disputer.

    Et comme d'habitude, la dispute passée, chéri a une capacité incroyable à passer à autre chose alors que moi je vais la ruminer toute la journée.

    Un dîner avec une amie, une longue conversation et je suis repartie sur de nouvelles bases. Savoir réagir quand l'attaque arrive, la désamorcer ou l'oublier c'est là dessus que j'ai envie de travailler.

    Pour que mes enfants ne retiennent pas de nous ces disputes incessantes.

     

    102576219.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je trompais mon mari (dans mes rêves)

    Il y a trois ans, j'adorais ne pas bosser

    Il y a quatre ans, nous votions

    Il y a cinq ans, ma petite fleur dans mon ventre allait bien

     

     

  • Whaouh!

    On peut dire que ces quinze jours de vacances scolaires m'ont fait un bien fou.

    2 jours at home pour accueillir une chère et tendre amie (et rejouer les touristes) (et discuter) (et regarder nos enfants grandir)

    Puis départ pour la campagne où je suis seule sans belle famille pendant quinze jours.

    Le nord c'est bien aussi. Surtout quand il pleut dans le sud et que nous avons du soleil et 25° tous les jours :-)

    Le jardin, les transats, une piscine malheureusement pas ouverte.

    Des enfants qui font du vélo, courent dans le jardin, donnent à manger aux canards et au cheval.

    Une maman qui se repose, lit beaucoup, cuisine un tout petit peu.

    Un papa qui nous rejoint le we avec des amis.

    Une amie qui me rejoint une partie de la semaine.

    Deux enterrements.

    Un week end de Pâques apothéose de mes vacances avec deux couples d'amis, leurs enfants, la chasse aux oeufs, la messe, le gigot d'agneau, les gateaux, des cocktails brésiliens (une maman bourrée à la fin de la soirée) (le réveil fût hard) (très hard), le bonheur...

     

    Oui le bonheur...

    (et très dégoutée d'être rentrée à Paris)

    104103293.jpg

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'avais passé un we pascal de merde...

    Il y a deux ans, j'achetais un sex toys, je laissais chéri à la campagne avec les filles et j'allais bosser, et nous fêtions nos noces de bois

    Il y a trois ans, je partais de mon ancienne boite, j'étais une mummy au foyer (temporaire) (et j'en profitais), et j'assistais à la première réunion de ma nouvelle boite.

    Il y a quatre ans, on votait...

    Il y a cinq ans, we pascal compliqué, et je vous parlais de ce que m'avait appris chéri

     

     

  • Savoir lâcher prise

    Encore une énième enguelade avec mon père.

    Encore des accusations, des tentatives d'explication, des phrases maintes et maintes fois entendues.

    A propos du baptême de mon ange...

     

    Je le reculais ce baptême car j'appréhende toujours les réunions de famille. Peur de mon père qui peut pêter un cable devant ma mère. Peur de devoir toujours faire le tampon entre les deux.

    Je reculais ce baptême car je savais qu'il allait jouer le malheureux et appuyer sur la corde sensible.

    (en même temps vous en connaissez beaucoup des pères qui sur le trajet vers l'église de votre mariage vous décrit tous les points négatifs du mariage) (et qui vous plante ainsi que sa famille à la sortie de l'église en vous disant qu'il n'a pas envie de voir son ex femme et son ex belle famille)

    Sauf que cette fois ci la dernière enguelade était trop proche (je n'avais pas encore eu le temps de l'oublier de la minimiser)

    J'ai eu le droit aux accusations, il a appuyé sur la corde sensible.

    Mais cette fois j'ai lâcher prise.

    Il ne viendra pas. Je ne vais pas lui demander de faire un effort.

    Je lui ai aussi dit que je ne voulais plus que l'on se voit. Qu'il était trop con et qu'il gâchait tout.

    J'ai décidé d'oublier que j'avais un père.

    (mais j'ai mal) (j'ai pleuré comme une conne toute la soirée)

    200267175-001.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    (ça c'est une photo auquelle je n'aurais jamais le droit...)

    ****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, je vous parlais de mon père... (c'est pathétique cette situation) et je faisais la première écho de mon ange

    Il y a trois ans, je réagissais sur les propos d'un pédopsy dans le ELLE, je me demandais si je ne développais pas une allergie aux fruits, je vous parlais de mes moments de bonheur avec chéri et je vous souhaitais un bon we de Pâques

    Il y a quatre ans, chéri me disait que j'étais un despote (et il a raison), grosse enguelade comme je les déteste, nous avions un dîner dans un endroit merveilleux mais gâché par les personnes accompagnantes, et le calme à la maison

    Il y a cinq ans, j'étais au ski

     

     

     

     

  • Et oui encore des vacances au ski (chanceuse que je suis)!

    Bon j'avoue que j'appréhendais ces vacances.

    24h/24 avec chéri et les enfants (parce que chéri sans les enfants ça va, mais avec c'est enguelade assurée)

    Et tous les cinq dans un minuscule appartement (le ski quoi)

     

    Mais finalement cela s'est bien passé.

    J'ai quand même hurlé tous les soirs pour que les trois excités qui dormaient dans le salon s'endorment relativement vite et arrêtent de s'amuser.

    Mais une fois que tout le monde était endormi, c'était un vrai plaisir de se retrouver au lit avec l'ipad, les écouteurs et chéri à coté de moi en train de regarder la saison 2 de True Blood.

    Y'a eu du ski.

    Y'a eu des médailles gagnées.

    Y'a eu un gant de perdu.

    Y'a eu des raclettes, des tartiflettes, des pizzas, des burgers, des desserts... et pas un kilo de pris.

    Y'a pas eu de sexe.

    Y'a eu un coup de soleil.

    Y'a eu aussi des couleurs prises.

    Y'a eu un vomi au retour.

    Y'a eu de la luge.

    Y'a eu de grandes promenades autour du lac gelé.

     

    De belles vacances :-)

     

    Je suis remontée, en forme, et résolue à trouver du travail.

    103768546.jpg

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, je faisais un point météo sur mes vacances au ski et je déclenchais des commentaires pas sympas (mais beaucoup de soutien aussi)

    Il y a deux ans, Ranger vos rêves ici on parle réalité

    Il y a trois ans, j'étais encore et toujours au ski

    Il y a quatre ans, je vous sollicitais pour des idées de spa à Paris

    Il y a cinq ans, petite journée pas très intéressante

     

     

     

  • Week end mitigé

    Nous sommes partis vendredi soir.

    Sur la route je reçois un email de ma belle soeur, me disant qu'ils ne partiront que demain matin. Le week end commence bien.

    Arrivés à 21H30, nous couchons les enfants et préparons le repas que nous allons prendre tranquillement dans le calme de cette maison au milieu de la campagne.

    Le lendemain matin c'est une autre histoire. Chéri est de mauvais poil. Il insiste pour venir faire les courses avec moi (et du coup les enfants). C'est fatigant car il me déconcentre totalement.

    Sa soeur, son mari et leurs enfants arrivent pour le déjeuner. Déjeuner sous tension. Ma fleur qui s'est fait taper par sa cousine et qui part en crise juste avant le déjeuner. Chéri qui déjà de mauvais poil s'énerve. Mon beau frère qui fait une réflexion.

    L'après midi, on ne les voit pas. Ils y passent une grosse partie dans leur chambre.

    Chéri part en forêt avec ma grande. Cela le calme...

    La soirée passe, la nuit aussi.

    Le lendemain ils repartent pour Paris.

    Nous nous retrouvons de nouveau seuls. Et là la tension redescends. Dejeuner tranquille. Devoirs pour la grande. Sieste pour le plus petit. Dessin pour la moyenne.

    Je vais dans la chambre pensant bouquiner. Je m'endors 1H30. Les filles sont parties avec leur père en forêt. Tout est calme.

     

    Chéri a juste montrer la pire face de notre famille à ceux qui se délectent de ce genre de situation.

    J'aurais tellement aimé qu'ils voient mes enfants jouant ensemble dans le jardin toute la matinée sans aucune dispute (ce qui n'est JAMAIS le cas quand leurs cousins sont là puisque le cousine refuse de jouer avec ma fleur, qui a le même âge qu'elle, et ne veut jouer qu'avec ma puce de deux ans plus agée) (du coup ma fleur se retrouve seule et le vit mal)

     

    Ce week end, les bourgeons commencaient à apparaitre sur les arbres et nous avons eu des perce neiges dans le jardin. Peut être que le printemps n'est plus très loin...

    84483443.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    ****

    Il y a un an, j'écrivais une note que je voulais drôle sur ma femme de ménage qui avait déclenché des commentaires, mmmm, pas très sympatiques (mais c'est aussi ça le blog)

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, rien

    Il y a quatre ans, j'étais à Londres pour le boulot

    Il y a cinq ans, je me disais que j'avais de la chance d'être du bon coté de la barrière

     

     

     

  • Week end sybérique

    Vendredi soir j'ai dîné avec une amie. Une amie chère mais finalement très récente. Une amie qui m'a confiée un (puis plusieurs) secrets et à qui j'ai fini par confier un des miens (ce blog) pour qu'elle puisse mieux me comprendre.

    Je ne sais pas pourquoi j'ai fait cela. Je prenais de gros risques sur mon image. Mais parfois on a des impulsions que l'on ne regrette pas parce que l'on sent que ce sont les bonnes.

    Vendredi soir, dans un bar à sushi entourée de personnes mais concentrée sur la conversation que nous avions toutes les deux, j'ai parlé. Je n'ai pas écrit mais j'en ai parlé. Moi qui pensait que j'en étais incapable. Moi qui n'en ai jamais parlé à personne à part vous. Peut être était ce parce qu'elle le savait déjà pour l'avoir lu et que donc c'était plus simple. Aucune idée. Mais peu importe. J'en ai parlé. Et ça je n'en reviens toujours pas.

     

     

    Samedi matin nous avons rejoint la campagne pour affronter le froid. Belle soeur et beau frère étaient arrivés la veille mais, alors que nous devions passer le we ensemble, sont repartis le soir pretextant un dîner lorsqu'ils ont appris que mes beaux parents annulaient leur chasse et arrivaient eux aussi samedi matin.

    J'en étais ravie. Mon ange ne risquait pas de se faire étrangler, pousser, taper par leur fils. Et je n'allais pas supporter les accusations sur ma façon de vivre de mon beau frère (que nous n'avons vu que pour le déjeuner et qui s'est enfermé dans sa chambre jusqu'à leur départ à 18h).

    Je suis juste un peu triste pour ma belle soeur qui m'avouait il y a quelques semaines que son mari ne voulait plus passer des week-ends avec son père. Mon beau père est chiant c'est vrai. Mais moi depuis que je l'envoie chier cela passe mieux. Mon beau frère devrait aller jusqu'au bout de ses convictions et ne pas squatter chez ses beaux parents quand ils ne sont pas là.

    Je suis aussi triste de voir que le sujet du troisième doit être sur le tapis, vu les réflexions qu'il lui fait, lui montrant très clairement qu'il n'en est pas question. Et ce devant tout le monde...

     

     

    J'ai donc passé un bon week-end. Je n'ai préparé presque aucun repas. Je me suis contentée de faire de la patisserie, des compotes, des crêpes.

    J'ai fait du sexe aussi. Plutôt agréable. Beaucoup de tendresse et de rigolade (après). Cela faisait longtemps.

    On a eu froid mais on était content de sortir, de rentrer les joues rouges, les pieds gelés et de se réchauffer près du feu.

    Encore un bon week-end....

    107546554.jpg

     

     

     

     

     

     

    *****

    Il y a un an, rien

    Il y a deux ans, rien

    Il y a trois ans, je vous parlais de Pierre et le Loup

    Il y a quatre ans, je vous faisais un bilan domestique de mon congé maternité

    Il y a cinq ans, je vous racontais une histoire drôle