Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

famille & cie - Page 9

  • Mon homme est à la maison...

    Il est malade et s'est fait arrêté pour 2 jours.
    Première fois depuis que je le connais qu'il loupe l'école. Et pourtant il a été bossé dans des pires états que celui d'aujourd'hui...

    Bref, comme il va être constamment derrière mon dos (vous connaissez les hommes malades...), je suis pas sûre de pouvoir fournir de nouvelles notes avant lundi.

    Pour une fois que j'étais tranquille sans ma puce (à la crèche pour ceux qui suivent :-))

  • Au fait rien n'est prêt

    Quand je vois cette future maman (http://fofieinandout.hautetfort.com/) qui a déjà tout de préparer pour l'arrivée de son bout de chou (je crois qu'elle a deux semaines de grossesse de moins que moi), je me dis que l'arrivée d'un deuxième passe vraiment à la trappe...

    Je dois:
    - Récupérer les fringues de ma puce (naissance, tout était blanc car on avait pas demandé le sexe non plus)
    - Ressortir BIB et cie histoire de laver, stériliser et autres
    - Préparer le lit du bébé... sauf que Verbaudet ne m'a toujours pas livrée le grand lit pour ma fille (commandé en août!) alors pour l'instant je suis bloquée.

    et quoi d'autre?

    Parce que là, je suis tous sauf stressée.
    Déjà je suis persuadée d'aller à terme (j'ai accouché à + 5 jours pour ma première), et en plus j'ai l'impression que rien n'est compliqué.

    Tant mieux me direz vous...
    Certes, mais moi je me dis que ce deuxième il est quand même déjà moins attendu, gaté, espéré que le premier.

    C'est toujours comme cela?

  • Ce matin 1er jour de crèche pour ma puce

    Je ne sais pas qui était le plus nerveux ce matin. Enfin si, c'était moi car elle elle ne se rendait pas compte de ce que nous allions faire :-)

    C'est horrible cette boule au ventre comme si c'était moi qui allait passer un examen. Voilà, j'ai déjà le syndrôme des parents qui angoissent à chaque moment important de la vie de leur enfant. J'ai l'impression de revoir ma mère, et cela me fait bizarre de dire cela mais plus les années passent plus je comprends certaines de ses réactions.

    Bref, ce matin nous commencions l'intégration à la crèche.
    Je ne veux pas remettre en cause la méthode mais honnêtement je ne la comprends pas vraiment.
    Je dois passer une semaine à laisser ma fille par petit bout (1h ce matin, 1h demain). En plus il est demandé ma présence.
    En gros, elle va commencer à être seule là bas qu'à partir de mercredi. Et encore 1 seule heure car je vais revenir pour la faire déjeuner à 11h (alors là c'est l'hallu... C'est quand même super tôt non?)

    Vendredi sera LA journée puisque je la laisse entièrement seule de 10H à 16H...
    Heureusement que je ne bosse plus car ou sinon je devrais prendre des 1/2 journées pendant 1 semaine.

    Je ne sais pas comment cela se passe dans les autres pays ni si c'est vraiment adapté pour le bien être de l'enfant, mais décidemment en France, rien n'est fait pour que la femme puisse travailler et élever ses enfants en toute sérenité.

    En tout cas, elle a aimé la petite heure où elle est restée. Elle a joué, chanté avec les autres enfants, et n'a pas vraiment compris quand je lui ai dit qu'il fallait partir. Quelques pleurs d'ailleurs à la sortie...

    Mais moi je suis heureuse. Elle va pouvoir s'amuser, aura des activités intéressantes, ne s'ennuiera donc pas et moi... JE VAIS ME REPOSER... (et sûrement m'ennuyer mais c'est un autre débat)

  • La journée d'une mummy plus du tout active

    Pas facile d'être mère au foyer.

    Disons que je ne suis pas du tout habituée. C'est incroyable d'avoir cette presque liberté de mouvement et de ne pas savoir quoi faire de ses journées. Presque liberté car il faut quand même que je m'occupe de ma puce avant qu'elle ne rentre en crèche.

    Alors moi je dis bravo à ces femmes qui ne travaillent pas, s'occupent de leurs enfants et ne s'ennuient pas.

    Parce que moi cela fait deux jours que je suis à la maison et je suis déjà en train de me plaindre :-)

  • Et je me suis mise à aimer le matin

    Avant elle, je detestais cela.

    Je trainassais le plus possible au lit et quand j'étais levée j'étais aussi capable de rester en pyjama une partie de la matinée pour prolonger cet état de veille.

    Le top du top était de se lever, prendre un petit déj et se recoucher soit pour mater la télé, soit pour se rendormir.

    Avant elle, je ne supportais pas de me lever alors que le soleil était encore couchée. L'hiver était la pire période de ma vie et je n'arrivais pas au boulot avant 10h30

    Avant elle, chéri et moi on faisait quand même plus de calin...

    mais...

    Depuis que j'ai ma puce, je me lève (presque) en chantant. J'aime quand je l'entend parler dans son lit (et oui on a de la chance, elle ne pleure pas. Elle appelle "maman" ou " papa" éventuellement. Mais la plupart du temps on l'entends parler toute seule dans son lit). J'aime quand je me lève, ouvre sa porte, lui dit bonjour, qu'elle me pose déjà des questions ( " il est où papa?", " il déjeuner" ( ce qui veut dire il a pris son petit déjeuner), " papa prend douche"...). J'aime la prendre dans mes bras, sentir son corps contre le mien et son odeur. J'aime aller à la cuisine, préparer le petit déjeuner et le prendre avec elle et son papa.

    Je n'aurais jamais cru que la vie de famille allait me changer à ce point.

    Je n'aurais jamais cru que j'allais aimer les matins.

  • Dr Jekyll and Mister Hyde

    Je ne sais pas trop comment commencer cette note.

    Je me répète car c'est un sujet que j'ai déjà évoqué: les comportements de chéri en public et en privé.

    Je suis lucide. Chéri est quelqu'un de compliqué. Ses comportements s'expliquent (mais ne s'excusent pas) par un mal être, de la timidité et un vrai manque de confiance en soi.

    Pourtant avec moi et la puce il peut être attentive, aimant, drôle, doux...

    Et en présence de ma famille il devient autoritaire, raleur, odieux, limite insultant.

    Une fois sur deux cela se passe mal. Hier, chez ma mère cela s'est mal passé. Toujours sur la corde, avec cette peur que cela dérape à tout moment.

    Dans la seconde où on est parti, il est redevenu gentil. Un peu plus que d'habitude car il avait senti qu'il avait abusé. Il a passé sa soirée a essayé d'être cool avec moi.

    Je n'ai pas fait comme d'habitude. Gueuler, essayer de lui expliquer qu'il déconne avec ma famille.

    Je n'ai plus envie car cela ne porte jamais ses fruits. Il s'excuse sur le moment mais il recommence aprés.

    Je passe moins de 10% de mon temps avec ma famille. Mais j'apréhende toujours et je ne sais plus quoi faire pour améliorer cela...

    Des témoignages?

  • Vive la technologie (ou pas)

    Voilà à quoi pourrait ressembler mon bébé...

    medium_bebe_34SA.jpgOn voit que la moitié du visage car le cordon faisait de l'ombre.

    Je ne connais pas le sexe, je garde précieusement secret les prénoms choisis, et je veux tous sauf programmer mon accouchement...

    Alors hier cela m'a fait bizarre quand même de prendre connaissance avec lui de façon si abrupte.

    Remarque cela ne me gène pas si longtemps puisque je publie sa 1ère photo sur un blog censé être anonyme.

     

     

    Bon we à tous!

    J'entame la semaine prochaine ma dernière semaine de boulot (j'ai craqué et demandé mon congé patho).

  • Quand j'étais petite

    J'aurais aimer:

     - Que mes parents nous gâtent un minimum. Nous étions 4 enfants certes mais ils avaient vraiment les moyens de nous élever, et sous pretexte que nous ne devions pas être gatés on n'allait jamais au manège, dans des parcs, faire du poney... Bref tout ce qu'un enfant adore et qui fait de temps en temps ne nuit pas à son éducation

    - Ne pas avoir les pieds plats et sous pretexte d'une mode à la con (on m'a quand même dit que je marcherais à 20 ans avec une canne si je ne faisais rien!) j'ai du porter des semelles orthopédiques (et les chaussures horribles qui vont avec) jusqu'à l'âge de 12 ans...

    - Avoir l'innocence d'un enfant et ne pas comprendre trop vite que les Hommes sont parfois perfides, malsains, lâches. Heureusement aujourd'hui j'ai compris qu'ils n'étaient pas tous comme cela.

    - Etre moins timide et cacher cette timidité sous de l'arrogance. Ma seconde a été très difficile, j'étais mal dans ma peau, je n'avais plus d'amis et c'est la seule année de ma vie que j'ai passé toute seule en ayant l'impression que personne ne m'aimait

    - Communiquer plus dans cette famille où les parents se déchiraient et où les enfants s'ignoraient. Paradoxalement maintenant les enfants sont assez unis.

    - Avoir des calins de mes parents. De la tendresse. Et ne pas halluciner à 13 ans la 1ère fois que je suis allée passer des vacances chez ma meilleure amie en la voyant  embrasser ses parents avant d'aller se coucher, se mettre dans les bras de sa mère pour regarder la TV, lui parler de choses quotidiennes normalement.

    - Ne pas tomber dans un mutisme totale à l'âge de 17 ans, perdre 15 kg, en reprendre 20, et partir à 20 ans car je ne supportait plus ma vie avec eux.

     

    Aujourd'hui je suis passée à autre chose. Mais je prie tous les jours pour que ma fille ne vive pas un jour ce que moi j'ai vécu.

  • 4 jours avec ma mère

    J'ai profité de cet arrêt providentiel et de la chaleur pour partir me reposer à la campagne.

    J'ai laissé chéri à Paris en plein boulot et canicule, et j'ai embarqué enfant, chat et mère pour la campagne, sa fraicheur et sa piscine.

    Dur, dur de revivre cette promiscuité avec la personne que j'ai le plus detesté adolescent (et jusqu'à ce que je quitte la maison).

    La naissance de ma puce nous avait permis de retrouver des relations mère fille (des vrais) mais passer quelques jours en permanence avec elle, m'ont rappellée combien elle pouvait m'énerver.

    La seule différence c'est que je me taisais et rongeais mon frein. Aprés tout j'allais être de nouveau tranquille quelques jours plus tard...

    Quand je dis à Chéri que l'on a passé l'âge de partir en vacances avec ses parents.

    Mais bon faut que je vous dise, je dois être maso, je remets ça mercredi pour encore 4 jours de folie... :-))

  • We de rêve à Amsterdam

    On est parti avec la puce. Sous le soleil et avec une température plus agréable qu'à Paris.

    Visite chez une amie. La puce a un rythme complètement différent mais elle s'adapte bien et est adorable.

    Bref un super we en famille et avec une amie.

    Et puis aujourd'hui je ne bosse pas, c'est con mais cela mets de très bonne humeur. Pas de speed, pas de déception, pas de stress. Je profite du beau temps, de ma puce et je vais pouvoir prendre le temps de cajoler mon homme.

    Effectivement vous avez raison, je crois que je vais bien profiter de ce break :-))