Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BLABLAS D'UNE MUMMY ACTIVE - Page 4

  • Angoisses

    il y a les angoisses ridicules et les angoisses réelles.

    Les deux m'empêchent de dormir depuis un long moment maintenant.

    Janvier , retour de deux semaines de vacances et je suis déjà sur les rotules.

    Je baille toute la journée, je suis exténuée à deux doigts de m'endormir dès 18h.

    Si je ne prenais pas la pilule et si nous n'avions pas une vie sexuelle quasi inexistante en ce moment avec chéri, je me demanderai si je ne suis pas enceinte.

     

    Quand ton petit garçon de 6 ans couché depuis 10mn se relève ( ce qu'il ne fait jamais) en pleurs et qu'il te dit qu'ils pensent aux réfugiés et que cela pourrait nous arriver à nous aussi, ben tu te dis que tes angoisses sont allées directement chez lui.

    ( et demain tu couperas France Inter pendant le petit déjeuner)

     

    Janvier et la date du 28 qui arrive à grand pas.

    Certains ont leur 11 septembre, leur 10 janvier ou leur 13 novembre. Moi j'ai mon 28 janvier. 

    3 ans déjà, c'est peut être cela qui me mine, ou pas.

    ( parce que finalement peut être que je me cache derrière son absence alors que bon il y a tant de choses qui ne vont pas)

     

     

    Ce blog reprend du service et on n'est pas dans du joyeux ( pardon)

  • Ainsi va la vie....

     

    T'imagines pas le nombre de mots qu'il y a pour dire que t'es plus là. Conjugaison à l'imparfait au passé. Souvenirs souvenirs, une photo dans un tiroir, un mal au cœur qui ne veut pas mourir dans ma mémoire....

    ( reprendre ce texte de Louis Chedid qui me parle tellement)

     

     

     

    Tu me manques tous les jours même si je n'en parle jamais.

    D'abord parce que je ne sais pas dire cela. Les émotions me font peur, je préfère me taire et ne pas montrer ma souffrance.

    Et puis putain cela va faire bientôt 3 ans. C'est long... Je n'oublie pas ton visage, mais ta voix n'est plus là depuis tellement longtemps. 

    J'écoute pathétiquement les pauvres messages téléphoniques que tu m'avais laissée. Les seuls que j'ai gardé de toi....

    Ton souvenir s'estompe peu à peu chez mes enfants...

    Et chez les tiens?

    Je les ai vu hier. Plein de vie, faisant beaucoup ( trop) de bêtises. Comme des enfants de cet âge.

    Je n'ose plus leur parler de toi.

    Ils ont une nouvelle présence féminine à leur côté. Je ne sais pas si tu l'aurais aimée.

    Quelque part non puisqu'elle est avec ton amoureux. Et sûrement que oui car elle s'occupe de lui et de tes petits.

    Elle te ressemble tellement par certains côtés. Futile par le shopping, plus sérieuse pour le reste.

    Mes sentiments pour elle sont contradictoires. Je l'aime car elle s'occupe d'eux comme une vraie maman.

    Je la déteste car elle me rappelle car tu n'es plus là...

     

    Hier, cette réunion d'amis annuelle pour fêter Noël. Vous étiez deux grandes absentes... Mais avec toi je ne peux pas même pas debriefer au téléphone.

     

    Lundi groggy.... Tellement de chose à te dire. Tellement de conseil à te demander.

    Putain tu fais chier d'être partie si vite. 

     

  • Le fossé

    Je crois qu'il y a des fossés qu'il ne faut même plus combler.

    Généralement je laisse mon mari dormir. Parce que lui il bosse ( ah ah ah) et qu'il se couche plus tard que moi.

    Je me lève le samedi aussi à 7h pour amener ma grande au collège, je gère les devoirs, les courses, l'entretien de la maison.

    C'est mon job.

    Souvent je crie pour que les enfants obéissent, arrêtent de se disputer, ou d'autres raisons encore.

    Parfois je suis épuisée et nerveusement à bout...

    Aujourd'hui est un jour special, nous allons chez ma mère pour fêter Noël avec ma famille. Ce qui me lisent depuis longtemps savent.... L'angoisse qui monte...

    Aujourd'hui il doit acheter des cadeaux pour ses filleuls que nous voyons demain vu que évidement il ne s'y est pas pris avant.

    Aujourd'hui je l'ai laissé dormir jusqu'à 10h30 pour qu'il soit en forme. 

    Mais me suis énervée pour qu'il se dépêche un peu car bon il est tard. Et bien sûre ce n'est pas passé. Il s'est senti agressé ne comprends pas, trouve que j'impose mon rythme.

    Bien sûr que j'impose mon rythme. Pour que cela roule à peu près. 

    Mais le fond du problème n'est pas là.... Il picole tellement et fume tellement en ce moment, que les couchers sont tardifs et les réveils difficiles. Et c'est ça qui me rend dingue.

    Moi aussi j'adorerais me défoncer mais je ne peux pas ( plus) car derrière il y a une maison à gérer.

    Alors oui il a besoin de décompresser, mais là j'en ai marre...

     ( en photo, le petit carnet qui fait du bien sur lequel je crache mon venin) ( et qui m'évite le psy) ( ou pas...)

     

  • 2016....

    Je me demande si nous ne sommes pas loin des 10 ans de ce blog. Ou disons même que je crois que nous les avons passé!

    Remarque cela n'a aucune importance puisque je n'ai rien à offrir pour vous remercier de votre fidélité.

    Je ne sais pas trop qui vient me voir encore ici vu que j'ai ( presque) oublié ce blog....

    Lire la suite

  • Légère comme une plume

    Après 4 jours de migraine monstrueuse, due principalement à mes règles, celle ci commence à s'estomper et je revis.

    Je n'ai jamais été aussi légère en poids (inscrivez vos enfants dans un collège bien exigeant et vous perdrez direct 1,5kg sans aucun effort) (ceux que je n'ai pas perdu en nageant tout l'été...), et pourtant je ne vois que mes défauts dans la glace.

    Oh oui je les vois ces kilos qui ont disparus mais je vois toujours ces fesses qui ne sont certes plus là et mes bras que je trouve encore gros alors qu'ils ont diminué de moitié.

    Comme quoi tout est vraiment dans la tête.

     

    La rentrée est très loin pour nous, le rythme très intense, les week-end à la campagne inexistants.

    Mais cela va mieux.

    Nous avons trouvé notre rythme dans le travail. Je suis moins stressée. Je commence aussi à prendre goût à ces leçons que je révise avec eux, à ces moments que nous vivons.

    Je réapprends l'Allemand, révise ma géométrie, retravaille sur l'Histoire de France.

    (et l'orthographe aussi) ( ah ah ah)

    Ce collège qui m'angoissait et que tout le monde redoute (je déteste devoir dire où ma fille va en 6ème tellement les réactions sont négatives) ("ah ma pauvre") ("tu vas voir vous allez souffrir") (" ils sont trop rigides").

    Alors oui cela bosse dur. Mais chez nous c'était déjà le cas. Je n'ai jamais fait les devoirs sur un coin de table à n'importe quel moment de la journée.

    Chez nous on bosse le samedi matin et le dimanche matin. Et le soir avant le diner. Toujours. Les enfants le savent et ensuite ils ont la journée et la soirée de libre. 

    Chez nous maintenant pour ma collégienne on bosse quand même aussi un peu après le diner mais cela dure pas trop longtemps pour qu'ensuite elle puisse lire tranquillement dans son lit.

    Et je commence à aimer l'ambiance et le projet de cette école. Même si je suis très loin de cette éducation religieuse (omniprésente quand même), j'aime l'esprit sportif (4h de sport et 1h de piscine), les challenges et l'attachement à l'histoire de son collège.

    Et quel endroit incroyable. 3 ha de parcs et bâtiments en plein Paris, on peut dire que ces enfants sont gâtés.

     

    Bref je vais mieux. Je me dis que finalement on n'a pas fait d'erreur.

     

    Maintenant peut être vais-je pouvoir me consacrer un peu plus à moi et aux projets professionnels que je n'ai pas encore réellement mis en place...

     

  • Pire que le lapin dans Alice aux pays des Merveilles

    Heureusement cet été fût magique. Je n'ai jamais été aussi bien dans mon corps. Nager deux kilomètres par jour ça aide. Le mental était bon, le corps était au top. Le soleil aussi, le farniente. Ces moments passés avec mes enfants, notre petit rythme à 4. Ces moments entrecoupés des week-ends remplis d'amis, d'enfants d'amis qui me permettaient d'avoir un semblant de vie sociale (même si en ours que je suis, la solitude ne me déplaisait pas)

    Lire la suite

  • We sans cellulite

    J'appréhendais ce week-end à la campagne lorsque j'ai su que tout le monde serait là (beaux parents et belle soeur).

    Un an au moins que cela ne nous était pas arrivé.

    Une boule au ventre samedi matin sur la route...

    Et puis finalement tout s'est très bien passé. J'étais zen. Mon beau-père avait pris pour cible le mari de ma belle soeur et ses enfants, et je dois avouer que c'était pas pour me déplaire.

    Et puis cette petite satisfaction de montrer que oui j'avais maigri et que oui je n'avais pas un poil de cellulite... (contrairement à d'autres qui mangent le we et s'affame à coup de All Bran pour perdre les 2 kgs pris le week-end)

    C'est bête mais ça fait du bien.

    (mauvaise fille)

    163340420.jpg

  • Grosse fatigue

    Les week-ends à Paris sont souvent synonyme de calvaire pour moi. Surtout quand celui ci s'annonce ensoleillé..

    Cette fois ci je n'avais pas prévu de programme permettant d'éviter le parc et cie.

    Je retrouvais mes filles après 5 jours d'absence et je ne m'étais concentrée que sur cela. 

    Ce qui est surtout difficile pour moi avouons le c'est la présence de chéri. A la campagne il vague à ses occupations. A Paris il tourne en rond et me fatigue.

    On se fatigue mutuellement d'ailleurs vu les enguelades monstrueuses que nous avons eu.

    (devant les enfants évidemment)

    Je lis La possibilité d'une île de M. Houellebecq en ce moment et j'ai été fascinée par ce paragraphe:

    IMG_5131.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est exactement ça. Nous n'avons plus cette fraicheur érotique et je ne supporte plus son corps. Houellebecq écrit ce que je n'osais écrire jusque là.

    Je ne peux pas dire que je ne l'aime plus. Il me touche encore parfois mais je le supporte aussi de moins en moins d'une certaine façon.

    Je suis partagée entre la peur de le perdre et l'envie de vivre seule.

    Grosse fatigue...

  • En apnée

    Quand sur Facebook, je disais la semaine dernière que j'allais vivre en apnée cette semaine parce que mes filles partaient en classe de découverte, on m'a répondue que vraiment c'était un faux problème.

    Oui je sais que 5 jours c'est rien, oui je sais qu'elles vont s'éclater et oui je sais que l'on a coutume de dire qu'il y a très peu de chance qu'il leur arrive quelque-chose.

     

    Moi, mes parents sont tellement loin de l'idée que le mari de ma grand-mère a eu des attouchements sur moi pendant des années. Presque sous leurs yeux. Alors que je les suppliais de ne pas y aller et qu'ils prenaient cela pour un caprice d'enfants gâtés.

    On en parle de tous ceux à qui s'est arrivé? Qui ne le disent pas comme moi, ou qui osent? 

    On en parle de ses éducateurs/professeurs qui adorent tant les enfants?

    Alors non ils ne sont pas en sécurité en classe de découverte. Au contraire pour moi ils sont encore plus en danger.

    Mais mes angoisses je les garde pour moi. M'imaginer que mes filles puissent subir ce que j'ai du faire pendant des années, je le mets au fond de ma tête.

    Je leur explique depuis qu'elles sont petites ce qui est bien ou pas, qu'elles ont le droit de dire non et que surtout il ne faut pas en avoir honte et en parler.

    Oui comme le disait une personne sur Facebook, je ne pourrais pas être derrière elles toute leur vie, mais à 8 et 10 ans on a pas toujours la force, le discernement et le courage de dire non (je devais avoir 12 ans quand je l'ai fait).

    Donc oui je serais en apnée pendant 5 jours, de mauvais poil, irritable, au bord des larmes, accrochée à ce site internet censé nous donner des nouvelles. Et c'est comme ça.

    Ce matin, je n'ai pas pleuré, j'ai souri, encouragé et embrassé. Je n'ai rien pu avaler non plus.

    5 jours et ça ira mieux

    557213799.jpg

  • Inception...

    Me retrouver avec mes grands-parents (et mes enfants) à regarder ces vieux films sans son mais en couleurs tournés en super 8.

    Ces images de mon enfance tellement différentes de ce que je me souviens.

    On me voit joyeuse, souriante, pleine d'énergie.

    Je ne me souviens que d'ennui et tristesse.

     

    La seule chose qui est conforme à mes souvenirs c'est ma mère. Pas une seule fois on la voit nous prendre dans ses bras, nous embrasser. Elle est là souriante, très belle (et sûrement triste). (moi qui passe ma vie à coller mes enfants)

     

    C'est troublant car je me demande si je ne l'ai pas inventée cette enfance triste alors qu'elle était normale et heureuse d'après ces films...

     

    Inception...

    472248460.jpg